Chargement

Chaque année depuis 2010, on célèbre la Journée internationale du tigre. Cette journée spéciale a été créée à Saint-Pétersbourg, en Russie, dans le cadre d’un sommet sur les tigres. L’objectif de cette initiative est de promouvoir la conservation du tigre et de son habitat. Le tigre, comme bien d’autres grands prédateurs, a beaucoup souffert de la présence humaine au cours du dernier siècle. Malgré les mesures strictes entreprises depuis, l’espèce est en déclin et on compte seulement de 2000 à 3200 tigres à l’état sauvage.

Le tigre est un animal impressionnant. De tous les félins, il est le plus gros. Eh oui, même le lion, surnommé roi des animaux, n’est pas aussi grand et gros qu’un tigre. Depuis fort longtemps, il a su marquer notre imaginaire par son allure aussi charismatique que mystérieuse. Avec sa fourrure orangée et ses rayures noires, le tigre attire facilement notre attention. Un peu trop, malheureusement. Cette fourrure a attiré beaucoup de convoitise, et la chasse qui en a résulté explique en partie le déclin de l’espèce.

Aujourd’hui encore, le tigre souffre du braconnage. Bien que sa fourrure ne soit plus aussi recherchée qu’auparavant, il demeure chassé pour ses organes. Les dents, les yeux, les os et les organes génitaux du tigre sont utilisés dans certains remèdes traditionnels asiatiques. De nombreux pays luttent contre ce marché noir ainsi que les mythes et croyances populaires sur lesquels il repose, mais le combat est difficile et ce ne sont pas tous les pays qui collaborent.

En plus de la chasse et du braconnage, le tigre fait face au développement de plus en plus rapide des pays d’Asie. Cela se traduit par une destruction de son habitat. Les proies sont elles aussi de plus en plus limitées, puisqu’elles souffrent de pression de la chasse par les peuples locaux et d’une compétition difficile avec le bétail domestique. Puisqu’un tigre a besoin d’un grand territoire pour trouver une quantité suffisante de nourriture, l’espace qui reste pour ce grand félin peut convenir à une population de moins en moins grande.

Heureusement, même si les dangers sont nombreux et qu’il reste beaucoup de travail afin d’assurer l’avenir de l’espèce, le tigre est loin d’être perdu. Certains efforts de conservation se montrent efficaces, et l’engouement du public pour cet animal contribue à apporter de meilleurs résultats. En habitant si loin de l’Asie, on peut se demander ce que l’on peut faire pour aider les tigres. Certes, nos actions sont limitées à cette distance, mais nous pouvons tout de même contribuer. Par exemple, il est possible de faire des dons à la cause, ou encore d’adopter symboliquement un tigre auprès d’organismes tels que le World Wildlife Fund (WWF). Les fonds récoltés aident à financer les projets de conservation et à équiper les brigades qui luttent contre le braconnage.

Encourager les zoos accrédités présentant des tigres est également un moyen de participer. Grâce à votre visite, ces organismes peuvent poursuivre leur mission de conservation et de conscientisation envers les gens. Le 29 juillet, à l’occasion de la Journée Internationale du Tigre, pourquoi ne pas aussi venir rencontrer ces impressionnants félins ici, au Zoo sauvage de Saint-Félicien ? Depuis 2008, les visiteurs ont la chance d’observer la plus nordique des sous‑espèces de tigre au monde : le tigre de l’Amour. Équipés pour résister aux froids glaciaux de la Russie et du nord de la Chine, ces félins charment les cœurs avec leurs imposantes pattes et leurs regards profonds. Venez observer nos tigres dans leur grand habitat et en apprendre plus à leur sujet lors de cette fameuse journée. Vous pourrez, vous aussi, devenir un ambassadeur et contribuer au message de conservation de la Journée Internationale du Tigre.

Coups de coeur des conducteurs de train

Le train qui parcourt le Parc des sentiers de la nature est sans conteste...

La rivière aux Saumons, une richesse pour la faune.

Au Québec, 10 % du territoire est recouvert d’eau douce. Avec ses 4 500 rivières...

Débuts des travaux de la dernière phase du Plan global de développement 2016-2021

Saint-Félicien, le 18 novembre 2020 Le Zoo sauvage de Saint-Félicien a reçu l’autorisation et...